Actualités

La prise en compte de la santé mentale dans la procédure d'asile

En 2009, le service Ulysse a publié une analyse de l'impact possible de la procédure d'asile sur la santé mentale, avec le soutien du Centre pour l'Egalité des Chances, d'Amnesty International Belgique et de la Commission Communautaire Française.

Cela est constaté quotidiennement dans la pratique d'Ulysse : les demandeurs d'asile peuvent éprouver des difficultés énormes à relater leur vécu et les difficultés qui les ont poussé à fuir. La procédure d'asile peut être potentiellement traumatisante pour les personnes qui la subissent. De plus, de nombreuses discussions ont lieu sur l'utilisation des rapports psychologiques et médicaux dans le cadre de la procédure.

L'étude analyse également les facteurs qui empêchent le demandeur d'asile à produire un récit complet et cohérent. Elle donne des bases scientifiques à ce que sans doute de nombreux praticiens ressentent lorsqu'il s'agit d'apprécier la pertinence d'arguments opposés aux demandeurs d'asile fondés sur les contradictions émaillant des récits ou sur des difficultés de mémorisation de la part des demandeurs d'asile.

Parue dans la "Revue du droit des étrangers", cette recherche est complétée par plusieurs décisions de jurisprudence où la question de la crédubilité et du sort à réserver aux attestation médico-psychologiques est abordée.